Pourquoi arrêter de manger des animaux ?

Aujourd’hui, de plus en plus de personnes s’interrogent sur leur consommation de viande.

Le mouvement Vegan continue son essor et beaucoup de gens se sentent concernés ou se posent des questions sur le sujet. Parmi les nombreux internautes curieux, beaucoup n’ont pas encore opté pour une alimentation non carnée, et se posent la question:

Bien entendu, chacun a probablement ses raisons personnelles, son histoire et son parcours – comme dit Bouddha : “Il y a autant de religions que de disciples”. Pour la plupart des gens, ces raisons ne sont pas à proprement parler spirituelles mais éthiques. Nous reparlerons des raisons éthiques plus loin. Toutefois, il existe des raisons spirituelles fondamentales qui encouragent à une alimentation non carnée.

Pour des raisons éthiques

img_5ecca716d3734.jpgC’est sans doute ce qui a touché le plus grand nombre de personnes ces dernières années : les conditions d’élevage et d’abattage des animaux. Bien entendu, il est tout à fait possible d’élever des animaux et même (pourquoi pas) de les abattre dans des conditions acceptables. (Par exemple, on pratique l’euthanasie sur des animaux de compagnies pour des raisons médicales). Malheureusement, force est de constater que d’après les chiffres, la situation est plutôt inacceptable.

D’après une étude, en 2018, en France, sur plus d’un milliard d’animaux tués, au moins 850 millions, (soit plus de huit animaux sur dix), ont été élevés dans des élevages intensifs, enfermés dans des bâtiments.

  • 99 % des lapins
  • 97 % des dindes
  • 95 % des porcs
  • 83 % des poulets
  • 58 % des poules pondeuses

img_5ecca73b22286.jpgCes tristes conditions d’élevage amènent les éleveurs à faire subir des mutilations aux animaux : becs et griffes des poules coupés, dents des porcs rognés, cornes des veaux supprimées. Veaux, cochons et chapons castrés.

En ce qui concerne les conditions d’abattage, suite aux nombreuses plaintes déposées par des associations concernées par la condition animale, les gouvernements européens ont légiféré ensemble en 2016 afin de limiter les souffrances liées à la mise à mort des animaux d’élevage. Malheureusement, les infractions à la législation européenne sont nombreuses et courantes et de nombreuses vidéos présentes sur le Web témoignent que la souffrance lors de l’abattage demeure une triste réalité.

De plus, outre le stress excessif subit par les animaux durant leur courte et malheureuse existence, il existe un autre facteur qui incline à éviter la consommation de leur viande. Il s’agit de leur alimentation.

Pour des raisons de santé

img_5ecca7015cad6.jpgSans vouloir être dogmatique sur la question de la dangerosité sanitaire de la consommation de viande, on peut constater que la viande rouge en particulier est pointée du doigt par certains chercheurs. D’après la Docteure Sophie Restellini, médecin-cheffe de clinique au service de gastro-entérologie des Hôpitaux Universitaires de Genève, ” il existe une association entre la consommation de viande rouge et trois types de maladies intestinales : le cancer colorectal, les maladies inflammatoires des diverticules de l’intestin, et l’inflammation des diverticules.”

D’autres personnes, qui ne sont pas des professionnels de la santé, ont simplement remarqué que le fait de prendre des repas sans viande favorise la digestion. Il y a à cela une logique imparable : ce sont les fibres alimentaires qui permettent une bonne digestion. La viande n’en contient pas et ceux qui ne mangent pas de viande ont une alimentation plus riche en fibres. CQFD.

Pour des raisons écologiques

img_5ecca75f6db16.jpgLe morceau de viande ou de poisson dans notre assiette ou la tranche de jambon dans notre sandwich ne sont rien d’autre que les corps d’animaux – des êtres sensibles, comme nous – tués après une vie de souffrance à la ferme. Éviter de manger de la “viande et du poisson” signifie sauver ces animaux, éviter des souffrances extrêmes et une mort atroce. C’est une conscience innée en nous de l’injustice que de blesser et de tuer, c’est une question de sens de la justice. De plus, notre survie n’est pas en jeu, loin de là (sans viande nous vivons bien mieux), c’est juste une habitude, qui peut être facilement changée. Alors… changeons, c’est facile !

Les exploitations agricoles détruisent l’environnement

Les fermes ne détruisent pas seulement la vie des animaux élevés, mais aussi l’environnement naturel, avec des conséquences extrêmement négatives pour l’existence des animaux sauvages, ainsi que pour les êtres humains eux-mêmes.

Les animaux d’élevage consomment beaucoup plus de calories, obtenues à partir d’aliments végétaux, qu’ils n’en produisent sous forme de viande (y compris le poisson), de lait et d’œufs. Ils sont traités comme des “machines” et sont donc totalement inefficaces : pour chaque kg de viande obtenue d’un animal, ce même animal doit manger en moyenne 15 kg de légumes spécialement cultivés. Avec un gaspillage anormal de terres fertiles, d’énergie, d’eau, de produits chimiques et l’émission de polluants. Se nourrir directement de légumes, au lieu de cultiver des légumes pour les animaux puis de tuer les animaux pour leur viande, signifie sauter cette étape de transformation totalement inefficace et permet une économie de ressources énorme, jusqu’à 93%, ce qui nous permet de réduire considérablement notre impact sur l’environnement.

Pourquoi décidez-vous de devenir végétarien, c’est-à-dire de ne plus manger d’animaux ? Les motivations de ce choix peuvent varier d’une personne à l’autre, mais à la base il y a la même motivation : la volonté de ne pas tuer, de ne pas faire souffrir, les animaux, les êtres sensibles, qui comme nous peuvent ressentir des sentiments, des sensations, des émotions, positives et négatives.

Comme nous l’apprendrons dans la prochaine “étape” – celle qui est consacrée à la découverte de ce qui se cache derrière la production de lait et d’œufs – c’est exactement la même motivation qui nous pousse à compléter notre choix éthique, en ne s’arrêtant pas à celui lacto-ovo-végétarien, mais en arrivant à celui végétalien.

C’est un sujet désagréable à aborder et auquel on ne pense jamais, car on ne voit pas ces animaux souffrir et on ne les voit pas mourir. Leur souffrance et leur mort ont lieu dans des endroits cachés, mais… personne ne peut rationnellement penser que pour avoir un steak dans l’assiette, il n’était pas nécessaire de garder d’abord un animal prisonnier dans des conditions pitoyables et de le tuer ensuite. La viande ne pousse pas sur les arbres. Elle provient toujours d’un animal tué.

Pour éviter cette énorme quantité de souffrance et de mort, la solution est simple : arrêter de manger des animaux. Sur cette page, nous proposons diverses réflexions et idées sur cette question, c’est-à-dire sur ce que les animaux doivent subir pour la production de “viande” et de “poisson” et sur la façon dont il est donc nécessaire et juste de cesser de consommer ces produits.

Vaches grasses, enfants maigres, terres drainées..

Un effet secondaire positif de ce choix est l’aspect écologique et humanitaire : car avec un régime alimentaire basé sur des aliments végétaux plutôt qu’animaux, “l’impact environnemental” dont on parle tant est beaucoup plus faible, et la dévastation, la prédation des ressources, l’immense gaspillage qui rend encore plus pauvres les populations qui meurent de faim aujourd’hui sont fortement réduits. En bref : avec le choix du végétalien, non seulement les animaux sont sauvés, comme c’est évident, mais aussi, moins évident, l’environnement et les populations les plus pauvres.

Pour savoir pourquoi, cliquez sur l’image pour voir toute l’exposition de panneaux d’affichage ! Il y a des données, des graphiques, des explications

En bref, on peut dire que pour obtenir un kg de viande, il faut consommer en moyenne 15 kg de légumes (dans l’alimentation animale), qui pourraient au contraire être utilisés pour la consommation humaine directe : ce que l’on fait, donc, c’est cultiver des céréales, du soja et d’autres plantes, pour les utiliser comme aliments pour les animaux, qui sont pourtant des “usines à protéines à l’envers”, c’est-à-dire qu’ils produisent beaucoup moins que ce qu’ils consomment. C’est-à-dire que pour chaque 15 kg de légumes donnés à un animal de ferme, un seul kg de “viande” sera obtenu de cet animal.

Cet énorme gaspillage de légumes, d’eau, de carburant, de terres (aujourd’hui principalement volées aux forêts tropicales), de produits chimiques, lié à cette transformation inefficace, entraîne nécessairement un énorme impact environnemental et exacerbe le problème de la faim dans le monde. Si ces mêmes terres étaient utilisées pour produire des légumes destinés à la consommation humaine directe, la consommation de ressources serait bien moindre (jusqu’à 90 % de moins !), et nous en tirerions tous un grand bénéfice.

Pour des raisons économiques

Dans ce domaine, le paradoxe est de taille. Alors que l’industrie de la viande est en expansion constante depuis 10 ans, la prix de la viande ne cesse d’augmenter. A titre d’exemple, une étude Eurostat de 2016 montre qu’en France, le prix de la viande a augmenté de 24 % en 10 ans.

Pour des raisons spirituelles

img_5ecca779a9975.jpgIl n’est pas question ici de faire du prosélytisme ou de vanter les mérites d’une religion en particulier. Il se trouve toutefois que si l’on se réfère à la Bible, on découvre qu’au commencement de l’humanité, le premier couple humain ne mangeait pas de viande. D’ailleurs, même si cela peut sembler étonnant pour certains, les animaux aussi étaient tous végétariens ! On trouve confirmation de ces faits dans le livre de la genèse, chapitre 1, versets 29 et 30 : “Dieu dit : ” Voici que je vous donne toute herbe portant semence à la surface de toute la terre, et tout arbre qui a en lui fruit d’arbre portant semence ; cela vous servira de nourriture. Et à toute bête sauvage, à tout oiseau du ciel, et à tout ce qui rampe sur la terre et qui a en lui âme vivante, je donne herbe verte pour nourriture.” Il en fut ainsi.” Il est intéressant de noter que la nourriture que Dieu avait prévu pour les humains se limitait à des produits d’origine végétale. Bien entendu, beaucoup de personnes qui se réclament de la Bible mangent de la viande de nos jours, il n’est pas question de leur faire un procès, simplement d’exposer des faits en rapport avec l’alimentation originelle des humains. Sans vouloir passer en revue toutes les religions du monde, notons aussi que beaucoup de bouddhistes se refusent à tuer des animaux et à les manger pour des motifs liés à la croyance en la réincarnation. Parallèlement, en Inde, où la vache est considérée comme une déesse, il est formellement interdit de la tuer (seul le gouvernement y est autorisé), et de nombreux hindouistes, toutes classes sociales confondues, sont végétariens.

Ceci dit, de nombreuses personnes qui ont choisi de renoncer à leur consommation de viande ne l’ont pas fait pour des raisons spirituelles mais pour des motifs d’ordre moral.

D’autres RAISONS

Parce que ce n’est pas juste Tuer d’autres animaux est un acte d’exploitation et de violence, et nous le faisons uniquement parce que nous en avons le pouvoir, et non parce que c’est juste.

Parce qu’aucune créature ne veut voir sa famille massacrée.. Les vaches aiment leurs veaux, les truies aiment leurs porcelets et les poules aiment leurs poussins. Les animaux d’élevage aiment leur famille et souffrent pour le meurtre de leurs enfants.

Pourquoi ne pas mentir à vos enfants Les enfants seraient horrifiés s’ils connaissaient la cruauté et la violence utilisées pour transformer les poulets, les porcs et d’autres animaux en boulettes de viande, jambons et autres “aliments”.

Pourquoi ne pas manger votre chien Beaucoup de gens sont horrifiés par l’habitude des autres de manger des chiens ou des baleines, mais ces animaux ne souffrent pas plus que les animaux normalement consommés en Europe. La différence réside uniquement dans l’habitude, pas dans la morale.

Parce que c’est la violence que vous pouvez arrêter Nous nous sentons impuissants à essayer d’arrêter la guerre ou d’autres formes de violence, mais nous avons tout pouvoir de choisir de ne pas soutenir les fermes et les abattoirs en rejetant les produits carnés.

Parce qu’il faut une très petite personne pour battre un animal sans défense… et une encore plus petite pour le manger.. La façon dont les animaux sont traités dans les fermes est si cruelle que si les mêmes actes étaient commis sur les chiens et les chats, selon la loi italienne, le coupable finirait en prison. Mais attention : ce n’est pas la faute du mauvais éleveur, mais de celui qui lui donne l’argent quand il fait ses courses à la boucherie…

Parce qu’aucun animal ne mérite de mourir pour ses papilles gustatives Le désir d’un être humain de goûter à la viande pendant un moment n’est certainement pas aussi important que le désir des animaux de ne pas être torturés et tués sans pitié.

Parce que les maladies cardiaques commencent dès l’enfance.. La viande ne contient pas de fibres, mais est pleine de graisse et de cholestérol, c’est pourquoi le plus célèbre des pédiatres des États-Unis, le Dr Benjamin Spock, dans l’édition finale, révisée et mise à jour de son livre “Baby & Child Care”, publié dans le monde entier, recommande de ne donner aux enfants aucune sorte de viande.

Parce que manger de la viande et des produits laitiers fait grossir Ayant abandonné le “régime méditerranéen” au profit d’une alimentation animale à très haute teneur, nous avons, en tant que nation, de plus en plus gros, la primauté des enfants en surpoids et obèses en Europe. Seuls 2 % des végétaliens sont obèses, contre 9 % des omnivores (en Italie).

Parce que la viande peut être source d’intoxication L’OMS estime qu’environ 130 millions de personnes en Europe sont touchées par une intoxication alimentaire chaque année et déclare : “Le plus grand risque semble être la production d’aliments d’origine animale. C’est là que les risques sanitaires les plus graves apparaissent, par exemple la contamination par Salmonella, Campylobacter, E.coli et Yersinia”.

Parce que le grain utilisé pour nourrir les animaux pourrait être utilisé pour nourrir les affamés 77 % des céréales en Europe ne sont pas destinées à la consommation humaine, mais à l’alimentation animale. Au niveau mondial, 90 % du soja et la moitié des céréales produites dans le monde sont destinés à l’alimentation des animaux plutôt qu’à celle des hommes. Il a été calculé qu’avec le seul gaspillage des États-Unis dans la transformation des plantes et des animaux, un repas complet par jour pourrait être garanti pour tous les habitants de la Terre.

Parce que plus de la moitié de l’eau utilisée en Europe est utilisée pour l’élevage.. L’hebdomadaire Newsweek a calculé que pour produire seulement cinq kilos de viande bovine, il faut autant d’eau qu’en consomme une famille américaine moyenne en un an (5 kg de viande ne suffisent pas à couvrir la consommation d’une semaine, pour une même famille !) Alors que le monde devient de plus en plus assoiffé et que le problème de l’eau devient de plus en plus grave.

Pourquoi ne pouvez-vous pas manger de la viande et vous dire écologiste.. La transformation des légumes et de l’eau en produits animaux au lieu d’utiliser ces ressources directement pour la consommation humaine est l’une des principales causes de déchets (cultures, eau, énergie) et de pollution dans les pays industrialisés. L’élevage intensif nécessite plus d’eau que toutes les autres activités combinées et produit beaucoup plus de fumier que la population humaine totale (130 de plus aux États-Unis). 80 % des herbicides utilisés aux États-Unis sont utilisés dans les champs de maïs et de soja pour l’alimentation animale. Les calories du combustible fossile dépensé pour produire 1 calorie de protéine à partir du blé sont de 2,2. Il en faut beaucoup plus pour l’alimentation animale, en moyenne 25, mais surtout 40 pour le bœuf, 39 pour les œufs, 14 pour le lait, 14 pour le porc.

Parce qu’ils sont impuissants Le prix Nobel Isaac Bashevis Singer a qualifié le spécisme (discrimination fondée sur l’espèce, ainsi que le racisme, le sexisme, etc.) de forme de racisme “la plus extrême”, car les animaux sont de loin les plus sans défense, et les plus faciles à choisir comme victimes.

Parce que même les animaux crient de douleur Si vous les brûlez, ils le sentiront. Vous leur donnez une thérapie de choc, ils peuvent le sentir. Les animaux ressentent la douleur exactement de la même manière et avec la même intensité que nous, les humains.

Parce qu’ils ne veulent pas mourir Les animaux se soucient de leur vie, tout comme les humains.

Parce qu’ils ont peur Leurs poils de dos se dressent, ils chient dans leur pantalon de peur, ils tremblent, comme nous le faisons lorsque nous sommes terrorisés à l’idée d’être blessés ou tués.

Parce que peu importe comment vous le coupez, peu importe comment vous le coupez, c’est toujours de la chair.. D’autres animaux sont également faits de chair, d’os, de sang, tout comme nous, alors dire “chair” dans le sens de nourriture n’est qu’un euphémisme pour “animal assassiné”.

Parce que le commerce ne justifie pas la violence Les industries de la viande de poulet, de porc et autres basées sur l’extermination de masse sont énormes, mais il est

Pour conclure

Bien évidemment, il appartient à chacun de décider de ce qu’il mettra dans son assiette. Nous disposons tous du libre-arbitre, d’une conscience qui nous est propre, de notre propre corps, et de notre propre porte-monnaie. Toutefois, il est évident que le fait d’adopter un mode de consommation alimentaire dans lequel la viande n’a pas (plus) sa place ne constitue en rien un point de vue extrémiste ou dénué de fondement.

Julien

Julie

Julie, j'ai créé ce blog il y a deux ans. Alban m'a rejoint récemment pour m'aider sur la partie technique mais aussi pour vous faire découvrir des recettes végétariennes. Au programme du blog des astuces pour une vie plus écologique et responsable ainsi qu'une rubrique life style éthique (selon mes critères, hein :D ).

Laisser un commentaire

En cours ( 11 min) : Pourquoi arrêter de manger des…