Qu’est-ce que le karma ? Et comment ça fonctionne ?

“Si c’est la souffrance que vous craignez, si c’est la souffrance ce que vous détestez, ne faites jamais de mauvaises choses, parce que vous pouvez tout voir, même si c’est secret. Même un vol dans les airs ne peut pas vous libérer de la souffrance.. après que la mauvaise action a été commise. Ni dans le ciel, ni au milieu de l’océan, ou si vous vous cachiez dans les fissures des montagnes, un coin que vous pourriez trouver dans ce une terre où le karma n’atteindrait pas le coupable. Mais si vous voyez le mal que les autres vous font et si vous sentez que vous désapprouvez, faites attention à ne pas le faire de la même manière, parce que les actions des gens avec eux demeurent. Ceux qui trichent dans les affaires, ceux qui agissent contre le Dharma, ceux qui trichent, ceux qui trichent, si vous vous jetez dans un tourbillon, parce que les actions des gens avec eux demeurent. Quelle que soit l’action entreprise, un individu peut faire, qu’ils soient joyeux, qu’ils soient mauvais, un héritage pour lui, les actions ne disparaissent pas sans laisser de traces. (…) Une mauvaise action ne pousse pas nécessairement son auteur à la commettre immédiatement une sorte de problème. Il se cache de l’imbécile superficiel il va de pair avec elle, tout comme un feu qui se trouve sous les cendres. Tout comme une lame fraîchement forgée, la mauvaise action immédiate ne cause aucun préjudice. C’est précisément le fer qui produit la rouille qui le consumera lentement. Celui qui fait le mal, par ses propres actions est introduit à une vie de souffrance”. Dharmapada

Le terme “Karma“, qui signifie en sanskrit “action accomplie”, est maintenant très répandu en Occident, bien que tout le monde ne connaisse pas son origine et que relativement peu d’individus adhèrent à cette théorie. Le karma, concept de base de l’hindouisme, n’est rien d’autre que la loi universelle de cause à effet appliquée dans un sens spirituel, concept à la base de la réincarnation, dont il est le facteur essentiel.

Il est souvent considéré à tort comme une loi déterministe qui conduit au fatalisme et à la résignation, mais en réalité le Karma dépend de nous, de nos choix, et peut évidemment évoluer dans le temps selon le principe “ce que vous semez, vous le récoltez”. De quelle manière ? En suivant le Dharma, c’est-à-dire en vivant selon sa vraie nature, qui sera progressivement harmonisée avec le Dharma universel. Ainsi, les individus se libèrent de l’ego, des désirs accumulés au cours des existences précédentes, afin de réaliser le Soi immortel. Le cycle de la mort et de la renaissance est appelé, en sanskrit, saṃsāra : l’homme ne peut y échapper mais doit se réincarner dans de nombreux corps, pas seulement humains, du moins du point de vue hindou. Le but ultime est de se libérer de ce cycle.

Le karma pour le bouddhisme

Qu'est-ce que le karma ? Et comment ça fonctionne ? 1Dans le monde bouddhiste, le concept de karma revient sous une nouvelle forme. En fait, si la voie de la libération de l’hindouisme implique un très long cycle de renaissances (saṃsāra), qui provoque un sentiment de fatalisme pessimiste dans la vie actuelle, le bouddhisme offre un point de vue plus positif et moins prédéterminé. Le mot karma, dans le bouddhisme, signifie “action de la volonté”, un acte de volonté qui trouve son origine dans l’esprit des gens et qui déterminera leur avenir. Un bon acte apportera le bien, un mauvais acte apportera le mal. Il ne s’agit pas d’une question d’éthique mais d’une loi naturelle qui, cependant, ne nous condamne pas nécessairement à une vie de misère et de pauvreté. Tout dépend du libre arbitre, c’est-à-dire de notre choix de faire le bien ou le mal.

Les gens ne sont ni chanceux ni malchanceux, mais ils créent leur propre destin et, de la même manière, ils peuvent intervenir pour le changer. En acceptant cette loi, l’homme, au lieu de se résigner à une vie chaotique, injuste et dénuée de sens, agit activement, s’engageant à changer ses pensées, ses paroles et ses actes. Le Bouddha lui-même a dit qu’il est absolument faux de croire que les bonnes ou les mauvaises actions ne portent pas de fruits.

Pour donner une définition exhaustive du karma, le maître bouddhiste japonais Daisaku Ikeda a déclaré : “Le concept bouddhiste de relation causale diffère fondamentalement du type de causalité qui, selon la science moderne, régit le monde naturel objectif comme distinct des préoccupations individuelles de l’être humain. La relation de cause à effet, dans la perspective bouddhiste, englobe la nature au sens le plus large, englobant l’ensemble de l’existence humaine. Pour mieux expliquer la différence, supposons qu’un accident ou une catastrophe se soit produit. En appliquant la théorie mécaniste de la causalité, on peut enquêter et clarifier sa dynamique, mais on ne saurait rien sur les raisons pour lesquelles certains individus ont été impliqués dans l’événement tragique. Au contraire, la vision mécaniste rejette a priori de telles questions existentielles”

L’essentiel du discours est exprimé par une ancienne déclaration bouddhiste : “Si vous voulez comprendre les causes du passé, regardez les résultats dans le présent. Et si vous voulez comprendre les résultats qui se manifesteront à l’avenir, examinez les causes dans le présent”

Ainsi, la loi du Karma veut que nous soyons responsables de nos actes, elle ne nous prive pas du tout du libre arbitre, mais nous considère comme les protagonistes de notre devenir. L’important est de ne pas en déformer le sens afin d’accroître la distance entre les pauvres et les riches, comme cela se produit malheureusement dans le système de castes hindoues. Ceux qui sont riches ne sont pas nécessairement meilleurs que ceux qui ne le sont pas, ils peuvent simplement avoir investi davantage dans ce secteur, en termes d’effort, d’argent, de volonté (dans cette existence ou dans des existences antérieures) et avoir obtenu, par conséquent, plus de résultats. Mais la richesse matérielle n’est pas nécessairement synonyme de richesse spirituelle. Bien sûr, ceux qui sont spirituellement riches attirent plus facilement des conditions de vie agréables, parfois même des biens matériels, parce qu’ils ont une attitude constructive. Mais de la même manière, précisément parce qu’il a choisi d’emprunter un chemin plus difficile, celui de l’éveil, il peut se trouver confronté, sur le chemin de la renaissance intérieure, à des obstacles visant à tester sa volonté et à l’améliorer. Par conséquent, faites attention aux généralisations et, surtout, aux instrumentalisations de la loi du karma.

Les différents types de karma

Qu'est-ce que le karma ? Et comment ça fonctionne ? 2Beaucoup d’entre nous ignorent probablement l’existence de nombreux types de karma : outre le karma individuel, il existe un karma familial, collectif et mondial. Le karma familial, par exemple, est celui qui concerne toute une famille avec des dettes spirituelles particulières, qui débordent sur tout le noyau. Le karma collectif, en revanche, comme le terme l’indique, concerne le collectif, compris comme les habitants d’un quartier, d’une ville ou d’un pays entier. Le karma mondial souffre, la dette internationale. Dans tous ces cas, notre rôle reste actif, nous ne sommes pas simplement des victimes du monde, de la famille ou de la communauté, mais ce Karma nous appartient.

Karma, loi de l’attraction et physique quantique

Qu'est-ce que le karma ? Et comment ça fonctionne ? 3La loi de l’attraction dont nous parle la physique quantique est similaire à la loi du karma. Selon cette branche de la science, l’Univers est composé d’un système de forces énergétiques invisibles appelé “champ”. Elle aurait la capacité d’influencer la réalité visible. Tout serait formé par l’énergie en mouvement. Dans cette perspective, nous sommes tous faits d’énergie vibrante, mais il existe des formes d’énergie de fréquences différentes : chaque corps, comme l’a dit Planck, vibre de manière personnelle et ces mêmes vibrations attirent des vibrations similaires. C’est la loi de l’attraction, ou loi de la résonance. Nous comprenons donc ici comment ceux qui nous entourent sont en phase avec nous du point de vue énergétique. Inutile de se plaindre si les personnes avec lesquelles nous interagissons ne nous satisfont pas, le changement doit commencer de l’intérieur.

Mais il y a plus : en revenant aux principes de la physique quantique, les chercheurs Bohr et Heisenber ont réalisé en 1927 que les particules électroniques cachent une double nature : dans certains cas, ce sont des ondes invisibles, dans d’autres, ce sont des corpuscules visibles. Cette étrangeté s’explique par Heisenberg, selon lequel les particules se comportent comme des ondes, invisibles, lorsqu’elles ne sont pas observées. Alors que, lorsqu’on les observe, ils se transforment en corpuscules de matière. On en déduit l’importance du rôle de l’observateur, qui détermine la réalité de ce point de vue. Il suffit d’observer les particules pour changer leur nature. Comme toute matière est composée de particules subatomiques, nous pourrions nous-mêmes faire apparaître les choses sur lesquelles nous concentrons notre attention. Si c’est le cas, nous façonnons la réalité environnante, en nous concentrant sur quelque chose plutôt que sur autre chose.

Quel est le rapport avec la loi du karma ? Cela a tout à voir parce que, dans les deux cas, nous déterminons la réalité avec nos choix et nos pensées. Devrions-nous commencer à changer de perspective ?

Julien

Julie

Julie, j'ai créé ce blog il y a deux ans. Alban m'a rejoint récemment pour m'aider sur la partie technique mais aussi pour vous faire découvrir des recettes végétariennes. Au programme du blog des astuces pour une vie plus écologique et responsable ainsi qu'une rubrique life style éthique (selon mes critères, hein :D ).

Laisser un commentaire

En cours ( 6 min) : Qu’est-ce que le karma ?…